Motion d'orientation Peep Sup

Les responsables des associations de parents d’étudiants, réunis dans le cadre du congrès national de la fédération PEEP à Lille, les 14 et 15 mai 2015,

Réaffirment le rôle des parents dans l’accompagnement des études supérieures de leurs enfants. La section Peep Sup de la PEEP, seule fédération regroupant des parents d’étudiants, est donc un interlocuteur naturel et incontournable des pouvoirs publics et des responsables d’établissements de l’enseignement supérieur.

Souhaitent, la mise en œuvre d’une véritable politique de la vie étudiante prenant en compte la question du financement des études, les impératifs de logement, de prévention et de santé auxquels sont confrontés de nombreux jeunes et leur familles, condition du développement et de la démocratisation de l’enseignement supérieur français. Les représentants des familles qui sont – et resteront – les premiers financeurs ou caution des études de leurs enfants, doivent impérativement être associés aux réflexions sur la création d’une allocation de vie étudiante. Cette dernière ne doit enfin pas se limiter à un simple redéploiement des aides actuelles, en retirant à un grand nombre de familles pour ne donner qu’à un petit nombre de jeunes.

Demandent la mise en œuvre d’un véritable« plan Marshall » du logement étudiant, plus particulièrement dans les Académies identifiées comme fortement déficitaires par le rapport de la Cour des comptes (Paris, Créteil, Lyon et Lille), condition sine qua non du développement et de la démocratisation de l’enseignement supérieur français et de l’accueil dans de bonnes conditions d’étudiants étrangers, toujours plus nombreux.

Expriment leurs préoccupations devant la problématique des stages en entreprise dans toutes les formations supérieures. Sans remettre en cause l’utilité de ces stages ou la nécessité de les rémunérer, force est de constater que le décalage entre l’offre de stages et la demande des étudiants peut empêcher la validation de certains cursus. Peep Sup demande que soient étudiés des dispositifs d’incitation à l’accueil d’étudiants stagiaires dans toutes les entreprises, comme cela existe dans d’autres pays européens. Peep Sup soutient également les politiques de développement de la formation en alternance ou sous contrat d’apprentissage dans le supérieur, condition indispensable à l’accueil et la réussite d’un nombre toujours plus important d’étudiants.

S’inquiètent du décalage croissant entre les différentes filières de l’enseignement supérieur qui peut conduire à terme à un enseignement supérieur à deux vitesses.

Appellent l’attention du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, sur les dysfonctionnements constatés au niveau d’« admission post bac », portail d’accès aux études supérieures, au niveau de l’information à destination des jeunes et de leurs familles (soit absente, soit peu lisible), de la mauvaise remontée des notes qui perturbe l’établissement des dossiers papiers, de l’absence de prise en compte des jeunes en situation de handicap...

Réaffirment leur opposition à toute forme de bizutage ou de manifestations à risques (soirées open bar, Crit, week-ends d’intégrations…), et demandent la mise en œuvre de chartes et d’actions préventives en vue de protéger la santé et l’intégrité physique et morale des étudiants.

 

*******